Aide à la postproduction

À partir de 2021, deux appels seront ouverts chaque année : un premier concernant les projets en développement, un deuxième concernant les projets en production et post-production.

L’appel 2021 pour les projets en développement sera ouvert du 11 janvier au 1e avril 2021. Celui pour les projets en production et post-production sera ouvert d’avril à juillet 2021.

Le soutien en post-production s’adresse exclusivement aux projets de long-métrages de fiction, d’animation ou de documentaire de création destinés à une première exploitation en salle de spectacle cinématographique et dont la durée de projection finale est supérieure à 60 minutes.

Il vise à accompagner les projets dans la finalisation de leur montage, jusqu’à l’édition du DCP.

Ce volet se présente sous la forme de formation ciblée, qui, selon le pays de production concerné et les besoins du projet, pourra se traduire par différents types d’actions, tels que :

  • Bourses de participation à un atelier de post-production dans un des pays partenaires ou formation en direction de post-production ;
  • Jumelages et échanges de professionnels et de compétences/formation entre le producteur local et un directeur/chargé de postproduction d’un pays partenaire ou le monteur local et un monteur d’un pays partenaire ;
  • Partenariats avec des industries techniques et sociétés de post-production, notamment pour la prise en charge des sous-titrages des projets ;
  • Échanges au sein des écoles de cinéma

COMPOSITION DU DOSSIER DE CANDIDATURE :

Le dossier de candidature doit répondre aux exigences suivantes :

  1. Il doit être rédigé et déposé en français.
  2. La société qui dépose le projet doit pouvoir démontrer qu’elle est détentrice de tous les droits nécessaires à la production et l’exploitation du projet. Exceptionnellement, sur demande justifiée, il pourra être accepté que les droits soient détenus par une autre société, coproductrice du projet. Une dérogation devra être demandée avant le dépôt du projet.
  3. Le producteur qui dépose doit être en capacité de fournir les justificatifs attestant de l’existence de sa société antérieure à 12 mois à compter de la date limite de l’appel à projets annuel, et de sa conformité aux lois du pays dans lequel elle est enregistrée (RCM, Identifiant fiscal, Statuts…)
  4. Un projet non-retenu ne pourra pas faire l’objet d’une deuxième candidature lors d’une prochaine session.
  5. Tout candidat, auteur ou producteur, peut déposer un nombre maximum de 2 projets par commission, tous formats et genres confondus.

Le dossier de candidature comprend le formulaire de présentation en ligne du projet incluant les informations générales et un lien vers une précédente œuvre de l’auteur/réalisateur ; ainsi que les pièces justificatives suivantes, dans cet ordre :

  1. Synopsis (maximum ½ page)
  2. Lien vers le projet en cours de montage. Si le film n’est pas en langue française, il doit être sous-titré en français.
  3. Note d’intention du réalisateur
  4. Note d’intention du producteur (incluant stipulant notamment l’état d’avancement du projet et les besoins d’accompagnement en post-production)
  5. Plan de distribution qui fait ressortir les éléments et les justificatifs concernant la future distribution du film (les partenaires, le distributeur ou l’agent de vente envisagés, etc.)
  6. CV du réalisateur et copie du passeport
  7. CV du producteur et copie du passeport
  8. Liste de l’équipe technique (liste des techniciens et leur CV)
  9. Calendrier de post-production envisagé
  10. Devis indiquant les dépenses par poste et par pays (télécharger le modèle)
  11. Plan de financement (télécharger le modèle)

Les éléments administratifs comprennent les copies des éléments suivants :

  1. Justificatifs des financements acquis et des partenaires
  2. Contrats de cession de droits d’auteurs (auteurs, réalisateurs, compositeurs, …) comportant la mention de la rémunération et le mode de paiement
  3. Document officiel attestant que la production est en conformité avec les lois du pays du candidat (RCM ou statuts de la société de production)
  4. Contrat de co-production (le cas échéant).